750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 09:13
Fruit à pain mâle et femelle.

Fruit à pain mâle et femelle.

fruit à pain coupe transversale
fruit à pain coupe transversale

C’est en 1789, avec la célèbre mutinerie du Bounty, que commence l’histoire de l’arbre-à-pain aux Antilles. Elle fut déclenchée par le tyrannique Capitaine Bligh qui voulait rationner l’eau de l’équipage au profit de sa précieuse cargaison : des plants d’arbre-à-pain en provenance de Tahiti, dont les fruits abondants et nourrissants étaient destinés à nourrir les esclaves. Suite à l’échec de cette tentative, l’espèce fut finalement introduite aux Antilles en 1793.

Outre l’usage alimentaire du fruit, les vertus thérapeutiques de l’arbre-à-pain ont été explorées de manière traditionnelle dans toute la Caraïbe.

La valeur nutritive du fruit-à-pain est incontestable. À titre indicatif, 200 grammes de fruit-à-pain fournissent autant de calories que 100 grammes de pain blanc et deux fois plus de calcium !

Le fruit à pain contient des quantités riches en oméga-3 et oméga-6 acides gras qui aident dans le développement normal du corps et de l’esprit. Ces acides gras stimulent la croissance des cheveux et la peau, régulent les processus métaboliques, et ont des effets bénéfiques sur les os.

Il contient également de bonnes quantités de thiamine, la vitamine C, niacine, riboflavine, du phosphore et du fer. Ces vitamines et minéraux offrent des nutriments essentiels à l’organisme.

On peut en faire une farine qui est plus riche en lysine et de nombreux autres acides aminés essentiels. Cette farine est plus saine que la farine de blé et utile pour la croissance du corps et le développement.

Le fruit à pain est porté par un arbre pouvant atteindre 20 à 25 m de haut, aux branches grosses et peu nombreuses à l’extrémité desquelles se rassemblent les feuilles. Ces dernières, grandes (jusqu’à 90 cm de long) et d’un beau vert luisant sont découpées. L’arbre porte à la fois des fleurs des 2 sexes. Un épis jaune, spongieux, pendant et cylindrique regroupe les fleurs mâles. On l’appelle ‘popote’ en Guadeloupe et ‘totote’ en Martinique. Une inflorescence presque ronde rassemble les fleurs femelles. Elle donne naissance à un fruit globuleux de 1 à 3 kg. Il possède une peau épaisse composée de nombreuses aréoles verdâtres et rugueuses devenant lisses et jaunâtres à maturité. Ce fruit se cueille quand des gouttes de latex se sont déjà écoulées sur la peau. La pulpe blanchâtre et d’aspect farineux ne renferme pas de graine car le fruit se développe sans fécondation.

Ce fruit féculent est riche d’usages : gratin, purée, beignet, croquette, frite, soupe, soufflé, migan, ‘bébélé’ (spécialité de Marie-Galante), etc. La base consiste à le faire bouillir avec du sel pour accompagner viande ou légumes. En pâtisserie, sa chair permet la confection de gâteaux et de farine. La popote de fruit à pain confite au sucre constitue une friandise moelleuse.

Les usages varient aussi en fonction du degré de maturité du fruit, en général il est consommé mûr mais pas doux (lorsque le fruit à pain est doux, il a atteint un tel de degré de maturité que sa chaire devient mole et pâteuse).

Recettes:

http://douceursetbonnehumeur.over-blog.fr/gateau-de-fruit-a-pain.html

Partager cet article
Repost0

commentaires